L’importance de la préparation à l’accouchement !

Auparavant, tout le monde prenait des cours d’accouchement. Maintenant, les femmes se tournent vers la télévision, les livres et Internet. Il leur manque quelque chose ? 

L’état actuel de la préparation à l’accouchement

Quand un apprentissage d’accouchement est-il devenu un fardeau facile à abandonner ? La participation a diminué lentement, disent les gens du secteur. Une enquête montre maintenant qu’un plus grand nombre de futures mamans apprennent à accoucher à la télévision. “Suivre un cours n’est pas obligatoire ; vous aurez la chance d’accoucher quoi qu’il arrive”, dit une auteure  sur la préparation à l’accouchement. “C’est juste qu’ils l’appellent’ préparation à l’accouchement’ pour une raison : ça aide à vous préparer, à enlever tout le mystère.

C’est pourquoi des experts chevronnés recommandent vivement aux parents d’envisager au moins de s’inscrire à un cours. Un bon outil peut vous renseigner sur le soulagement de la douleur, démystifier les procédures hospitalières et vous fournir un forum pour les questions que vous avez oublié de poser à votre gynécologue-obstétricien. 

Et puis il y a papa : suivre un cours l’aide à se sentir moins exclu. Pourtant, malgré tout, il y a aussi de bonnes raisons pour que certains futurs parents continuent d’éviter la voie des adultes.

Pourquoi la préparation à l’accouchement a commencé ?

L’éducation à l’accouchement a commencé il y a plus de 40 ans comme une tentative de changer le concept de l’accouchement en tant que maladie nécessitant une intervention médicale. “Le mouvement est né de la prise de conscience qu’il n’était pas nécessaire d’être droguée pendant le travail et que l’on pouvait avoir quelqu’un qu’on aime dans la salle d’accouchement avec soi”, explique un expert et auteur de plusieurs livres sur la naissance d’enfants. “C’était une question de contrôle.” La participation a culminé dans les années 80 et 90, mais en 2005, la popularité de la préparation avait chuté, selon une enquête qui a interrogé près de 1 600 nouvelles mamans. Le taux de fréquentation de la préparation à l’accouchement est passé de 70% des nouvelles mères en 2000 à 56% en 2005. 

Mais pour l’information sur l’accouchement, les femmes enceintes se tournent vers la télévision (68%), les livres (33%), les amis et la famille (19%) et Internet (16%), toujours selon la même enquête. Ce qui est encore plus révélateur : seulement 10% des femmes interrogées considèrent les cours comme leur source d’information la plus importante.

Pourquoi l’assiduité à la préparation à l’accouchement a chuté ?

Plusieurs tendances ont évolué pour éroder la préparation à l’accouchement.

  • La popularité des épidurales. Les trois quarts des mères enquêtées en avaient une. “Les épidurales sont promues comme un moyen sans risque d’éviter l’agonie de l’accouchement”. Donc vous avez des gens qui disent :”Pourquoi dois-je apprendre les techniques de respiration ?” Mais, les épidurales comportent des risques et, bien sûr, les femmes ont besoin de gérer une bonne partie de la douleur avant de recevoir des médicaments.
  • L’augmentation des taux de césariennes. Cela a aussi aidé à vider les salles de cours pour les accouchements, dit une enquêtrice. Une femme sur trois se retrouve maintenant avec un accouchement chirurgical. “C’est, pour ainsi dire, une réduction de la fréquentation”, ajoute-t-elle. “Certaines femmes demandent même à être opérées à l’avance. Il n’est donc pas surprenant qu’elles se demandent pourquoi elles ont besoin d’étudier le plan de naissance de la nature…”
  • De nombreux patients préfèrent simplement obtenir de l’information plus près de chez eux. “Elles écoutent leurs amis et les membres de leur famille”, dit une gynécologue-obstétricienne. “Certaines d’entre elles utilisent aussi Internet et les magazines, et elles pensent que c’est suffisant.” La gynécologue-obstétricienne encourage néanmoins fortement ses patientes à assister aux cours d’accouchement.
  • La culture populaire dépeint souvent les instructrices d’accouchement comme des hippies endoctrinant leurs élèves dans une philosophie d’accouchement naturel, sans drogue. Et parfois, ce n’est pas loin. Lorsque son obstétricien lui a suggéré de suivre un cours d’accouchement l’an dernier, Lucie s’y est conformée, mais la rumeur anti-épidurale de l’éducatrice l’a déconnecté. “Je n’aime pas la douleur !” se lamente Lucie. Qui peut lui en vouloir ?
  • Le temps. Personne ne l’a, et les cours d’éducation à l’accouchement exigent souvent des soirées ou des après-midi entières. “Certains cours que nous avons sivis s’étendaient sur plusieurs semaines, nous obligeant à y courir après le travail”, dit Marie Latour, dont le fils, Emmanuel, est né en janvier. “Le seul que nous pouvions gérer, c’était à l’hôpital, un cours d’un jour et de 8 heures un samedi. La journée a été longue, mais elle correspondait mieux à notre emploi du temps.”

Comment les cours d’accouchement changent ?

Les éducateurs à l’accouchement s’efforcent de changer leurs tactiques d’enseignement. “Quand les gens sont si occupés, nous devons trouver des moyens de les accommoder”, dit Justine, directeur du programme d’éducation à l’accouchement d’une agence qui a 3 bureaux. En plus d’un cours de 4 semaines, l’agence offre des sessions condensées de 1 ou 2 jours. 

De nombreux hôpitaux et des éducateurs qui empruntent cette voie ont vu leur taux de fréquentation augmenter en conséquence. Il existe également des solutions de rechange à l’approche de groupe, y compris les cours en ligne et les séances privées, bien que vous perdrez le facteur de camaraderie, dit la gynéco. 

Des assistants de main-d’œuvre embauchés sont une autre option. Ils peuvent fournir du soutien et des conseils au cours des semaines qui précèdent l’accouchement, et pas seulement à l’accouchement lui-même. “Mais vous pouvez avoir votre propre accompagnateur et prendre des cours aussi”, ajoute la gynéco.

Pourquoi les cours d’accouchement sont toujours pertinents ?

Ce que tout le monde veut que vous évitez, c’est la mauvaise information qui est si facilement accessible. “Google’ épidural’ et vous obtiendrez près de 3 millions de visites, plus que ce à quoi vous pouvez accéder de façon réaliste,” dit la gynéco. “Et parce qu’Internet n’est pas filtré, il y a beaucoup de désinformation.” 

Pour cette raison, un cours vaut vraiment la peine d’être envisagé. Marie dit que le cours d’une journée qu’elle et son mari ont suivi valait bien leur temps. “Nous aimions passer une journée consacrée à la préparation et à la présence d’une infirmière chargée du travail et de l’accouchement pour répondre à nos questions”, dit-elle. “Et comme c’était à l’hôpital, quand le grand jour est arrivé, on savait déjà exactement ou aller.” Accoucher à l’aveuglette peut être quelque chose que l’on regrette plus tard, ajoute la gynéco.. “Le travail n’est pas un bon moment pour commencer à apprendre les ficelles du métier et à prendre des décisions importantes. D’habitude, la femme est plutôt grillée et n’a pas les idées claires.” 

Elle souligne également une tendance croissante qui donne aux médecins et aux infirmières moins de temps pour les tutoriels au chevet des patients. De plus en plus d’hôpitaux se débarrassent des maternités à mesure que les taux d’assurance et les poursuites pour faute professionnelle augmentent et que le remboursement diminue, laissant un plus petit nombre d’hôpitaux pour jongler avec le même nombre d’accouchement. par exemple. Il y a des régions où seulement 8 hôpitaux ont des maternités, comparativement à 18 il y a 10 ans. Cela signifie moins de personnel pour encadrer les patientes pendant le travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *