Comment répondre efficacement aux paroles inappropriées de son enfant ?

Quand les enfants agissent, ils ont un arsenal de paroles en retour qu’ils vous tirent dessus pour vous mettre sur la défensive, un langage secret qui est conçu pour leur faire prendre le contrôle et les libérer de leurs responsabilités. Si vous prenez ces commentaires au pied de la lettre ou encore vous les prenez à cœur, vous serez toujours sur la défensive, réagissant constamment à un enfant qui est hors de contrôle. Dans cet article, on va travailler sur les discussions les plus courantes que les enfants lancent à leurs parents lorsqu’ils agissent, ce qu’ils veulent vraiment dire et comment y répondre de manière efficace.

1. “Je le ferai plus tard”

Quand les enfants agissent, ils ne sont pas toujours conflictuels. Une façon pour les enfants de contourner les règles du foyer est de tergiverser et de repousser leurs parents jusqu’à ce qu’ils cessent de demander de l’aide à leurs enfants. Alors que beaucoup de parents rationalisent, “C’est plus facile si je le fais moi-même”, vous devez comprendre que céder à votre enfant leur donne un faux sentiment de droit, un sentiment que “le monde leur doit quelque chose” et qu’ils n’ont pas besoin de prendre leurs responsabilités.

Exemples :

L’enfant : “Je le ferai plus tard”. Traduction : Si je retarde assez longtemps, tu abandonneras et je n’aurai pas à le faire. Tu le feras probablement même pour moi. La réponse inefficace : “D’accord, mais faites en sorte que ce soit fait.” Ce que vous devrez dire : “Eh bien, c’est très bien. Mais tu n’auras pas ton argent de poche tant que ce n’est pas fait.” Ou : “C’est bien, mais tu ne peux pas utiliser le téléphone tant que ce n’est pas fait.”.

2. ” Je m’en fiche, ça n’a pas d’importance” 

Les enfants disent généralement “n’importe quoi” à leurs parents lorsqu’ils ont déjà perdu la discussion. C’est une dernière tentative pour vous mettre en colère et vous venger d’une manière ou d’une autre de quelque chose que votre enfant n’aime pas. Votre meilleure chance est de l’ignorer. Si un enfant dit qu’il y a fort à parier que le point a déjà été décidé et que vous êtes responsable de la situation, c’est leur façon faible d’essayer de sauver leur face. Si vous avez gagné, ne compromettez pas votre position en les laissant vous entraîner dans une dispute. Si vous donnez le pouvoir et que vous acceptez l’invitation à l’argument, vous perdrez le terrain que vous avez déjà gagné.

Exemples :

L’enfant : “Peu importe.” La traduction : “ça ne me dérange pas, je m’en fiche, ça n’a pas d’importance”. La réponse inefficace : “Qu’est-ce que tu veux dire par “peu importe”, “laisse-moi te dire quelque chose, jeune fille…”. La réaction qu’il faut adopter : Ignorez-le, souriez, tournez vous et partez. Vous avez déjà gagné la partie.

3. “Tu ne peux pas m’obliger !”

Parfois, les enfants tracent verbalement une ligne dans le sable, vous regardent dans les yeux et disent “Vous ne pouvez pas me forcer”. C’est une provocation qu’ils utilisent pour vous entraîner dans une bagarre, et il est important de ne pas commencer à vous battre. En répondant par “Oh oui, je peux “, il y a une menace implicite, et cela ne fera qu’aggraver la situation. Vous donnez le contrôle à l’enfant en acceptant l’invitation à se battre. N’engagez pas votre enfant à se bagarrer et ne participez pas à son combat. Mettez plutôt de côté vos émotions et concentrez-vous sur le problème.

Exemples :

L’enfant : “Tu ne peux pas me forcer !”. La traduction : “Je ne veux pas faire ce que tu me demandes, et je cherche à me battre avec toi.” La réponse inefficace : “Je peux et je le ferai si tu ne le fais pas tout de suite.” Optez pour : “Je ne suis pas là pour te forcer. Mais il y aura des conséquences si tu vas enfreindre les règles.”.

4. “Je le veux maintenant”

Craignez-vous la menace d’une crise de colère et avez-vous l’impression de céder aux exigences de votre enfant afin d’éviter un accès de colère ? Vous pouvez désamorcer une crise de colère et aider à prévenir de futures crises de colère en utilisant une réponse efficace visant à enseigner à votre enfant que le comportement agressif n’est pas la façon de répondre à ses besoins.

Exemples :

Enfant : “Je le veux maintenant !” suivi d’une crise de colère. La traduction : “Si j’intensifie mon comportement, tu cèdes et j’aurai le bonbon, ça a marché la dernière fois que j’ai voulu quelque chose.” La réponse inefficace : “Eh, arrête ! Je t’ai dit d’arrêter ! Ici…. (et vous donnez un bonbon à l’enfant) maintenant tais-toi !”. Ce qu’il faut avoir comme réponse : “N’agis pas de cette façon. Ça ne t’aidera pas à avoir le cookie.” Alors tournez-vous et partez.

5. “J’ai oublié”

Les enfants (et les adultes) peuvent être distraits et un rappel de faire leur travail ou d’accomplir une tâche est certainement approprié. Mais lorsque les enfants utilisent régulièrement “J’ai oublié”, cela devient une façon de justifier un comportement irresponsable. Comme excuse, ” j’ai oublié ” signifie que l’enfant évite une certaine tâche ou responsabilité qu’il ne se sent pas capable d’accomplir et ne sait pas comment obtenir de l’aide. Ou ils peuvent être paresseux et de s’en ficher. La paresse explique autant les comportements irresponsables des enfants que toute autre explication. Parfois, la paresse peut être interprétée comme “Je suis fatigué et je n’en ai pas envie”. Parfois, la paresse peut être interprétée comme “Ma vie ne va pas s’améliorer de toute façon, pourquoi devrais-je essayer ?” Dans les deux cas, la paresse ne permet pas à l’enfant de s’occuper de ses affaires. Alors quand votre enfant vous dit : “J’ai oublié”, vous devez dire : “Oublier n’est pas une excuse pour ne pas faire quelque chose…”.

Exemples :

Enfant : “J’ai oublié !”. Traduction : “Je n’en ai pas envie.” ou, “Pourquoi devrais-je essayer ?”. La  réponse inefficace : “Tu n’as pas oublié ! Tu dis ça parce que tu es paresseux.” La réponse efficace : “N’oublie pas, c’est ta responsabilité. Je t’aiderai à apprendre des façons de ne pas oublier, comme la création d’un cahier de devoirs pour l’école ou l’utilisation de cartons à indices pour t’inviter à passer à la tâche suivante. Si tu le souhaites, tu peux dresser une liste. Mais tu es responsable de te rappeler ce que tu dois faire.”

6. “Je te déteste. Je te déteste”

Un autre type d’arsenal de votre enfant, les phrases “Je te hais” peuvent avoir le pouvoir de réduire n’importe quel parent aux larmes ou à la colère. Les enfants savent que dire cela peut paralyser un parent pendant une dispute, c’est pourquoi ils disent cela pour obtenir ce qu’ils veulent. Voici comment recentrer l’argumentation sur la question à l’étude et réduire la douleur émotionnelle des mots de votre enfant au cours du processus.

Exemples :

Enfant : “Je te déteste !”. Traduction : “Tu ne me laisses pas sortir ce soir, alors je vais te parler avec haine pour que tu te fâches et cèdes.” Inefficace : “Je te déteste aussi parfois !” Ou, ” je suis désolé,” s’il te plaît, ne dis pas ça. Ce que vous devez dire : “Peut-être que parfois tu me détestes. Mais je ne te laisse toujours pas sortir ce soir.”. Pareil pour : “Je te déteste, maman ! J’aimerais que tu meures !” Ne cédez pas.

7. “Tu ne m’aimes pas”

Les enfants utilisent souvent la culpabilité pour vous manipuler. C’est juste une autre version de “Je te déteste” et, encore une fois, ils utilisent cette phrase pour obtenir ce qu’ils veulent. N’abandonnez pas. Voici comment éviter la culpabilité en utilisant une réponse efficace qui met l’accent là ou elle devrait être, sur votre enfant et sur l’importance de suivre les règles de la famille.

Exemples :

L’enfant : “Pourquoi je ne peux pas sortir avec mes amis ? Tu ne m’aimes pas.” Traduction : “Je vais te mettre sur la défensive et te frapper là ou ça fait vraiment mal, alors cède et laisse-moi sortir.” L’erreur que vous allez commettre : “Tu sais que je t’aime ! Je t’ai emmené au centre commercial hier !”. Dites-lui : “Le problème n’est pas que je t’aime. Le problème, c’est que nous avons des règles dans notre famille au sujet des dimanches après-midi.”

8. “C’est ta faute”

Ce n’est pas un mystère : les enfants qui disent à leurs parents “C’est votre faute” lorsqu’ils sont confrontés à une tâche et essaient d’éviter de prendre leurs responsabilités. Voici ce qu’il est important de retenir : ne parlez pas de “faute” mais de “responsabilité”. Souvent, les enfants tenteront de jeter le blâme lorsqu’une responsabilité n’a pas été assumée. Alors répondez :”Ce n’est pas ma faute, c’est ta responsabilité.” La raison pour laquelle  déterminer à qui est la faute n’est pas efficace est que se concentrer sur le passé ne résoudra pas le problème de votre enfant. Concentrez-vous sur le présent, qui est le point de départ de la résolution de problèmes.

Exemples :

 Vous : “Pourquoi tes devoirs ne sont pas faits ?” Votre enfant : “C’est ta faute si je n’ai pas fait mes devoirs parce qu’on est allés au cinéma.” La traduction : “Je ne vais pas prendre la responsabilité de ne pas avoir fait mes devoirs, je vais en faire ta faute.” Inefficace : “Tu as raison, je t’écrirai un mot, ne t’inquiète pas.” Efficace : “Attends une minute. C’est à toi de me dire que tu avais des devoirs à faire. La prochaine fois, dis-moi ce que tu dois faire avant qu’on aille au cinéma.”

9. “Laisse-moi tranquille !”

Les enfants peuvent être habiles à se renfermer et à vous renfermer, ce qui vous laisse avec des questions sans réponse et beaucoup de frustration. Gardez à l’esprit qu’il est tout à fait approprié pour les enfants d’avoir leur propre espace et que “Laissez-moi tranquille !” est approprié et souvent devrait être accommodé. Ne réagissez pas de façon excessive aux demandes d’espace ou de temps seul et ne restez pas coincé sur le ton de votre enfant à moins qu’il ne soit grossier ou humiliant. Si vous trouvez que votre enfant met fin à chaque conversation avec “Laissez-moi tranquille ! “ou “Ce ne sont pas tes affaires !

Exemples :

Enfant : “Laisse-moi tranquille !”. Traduction : “Je ne veux pas t’en parler, je ne veux pas accomplir cette tâche, et je vais t’éviter pour ne pas avoir à le faire.” Inefficace : “Je ne te laisserai pas seul. Je veux ton attention tout de suite.”. La réponse efficace encore une fois, si la demande de votre enfant est appropriée et qu’elle n’est pas grossière ou dégradante, dites simplement : “Ok, on parlera plus tard,” et on s’en va. Ou mieux encore, fixez une heure :. “D’accord, on parlera à 19 h.” Ou “D’accord, quand veux-tu qu’on en parlera ?”. Si c’est quelque chose ou vous ne pouvez pas laisser votre enfant seul, dites simplement : “Non, nous devons régler ça maintenant, et tu pourras revenir à ce que tu faisais.” Si ça se résume à ça, vous pouvez dire quelque chose comme : “OK, on n’a pas besoin de parler maintenant, mais il n’y aura plus de téléphone jusqu’à ce qu’on parle.”.

10. “Tu veux juste me contrôler !”

Quand un enfant vous dit : ” Tu essayes simplement de me contrôler “, il ou elle vous invite généralement à vous battre. Les parents ont l’impression que leur enfant conteste leur autorité. Si vous répondez à cela, vous leur donnez plus de pouvoir. Essayez de ne pas vous battre pour le pouvoir ou de ne pas crier au combat, et ne niez pas l’évidence. Parfois, les parents disent : ” Non, je n’essaie pas de te contrôler “, alors qu’en fait, ils le sont vraiment. En général, la meilleure chose à faire est d’éviter cet argument. Rappelez-vous que vous n’êtes pas obligé d’assister à tous les débats auxquels vous êtes invité.

Préparez-vous et pratiquez

C’est frustrant de faire marche arrière. Le même combat semble se répéter encore et encore et c’est épuisant. Mais, utilisez cette répétition à votre avantage, préparez-vous à l’avance et préparez vos réponses pour la prochaine fois. Une bonne préparation vous permettra de gérer ces épisodes en toute sérénité et vous évitera d’être entraîné dans une lutte de pouvoir. Alors, préparez-vous et pratiquez, puis exécutez quand l’inévitable se reproduira. Et accordez-vous une pause si cela ne semble pas se passer comme il faut chaque fois que vous vous exercez et il se peut que votre enfant mette un certain temps à s’adapter à votre nouvelle confiance et à votre nouvelle autorité.

Enfin, si votre enfant dit quelque chose à laquelle vous n’êtes pas préparé, prenez un certain temps pour savoir comment vous réagirez dans l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *