Le piment peut t’il aider à traiter le cancer du sein ?

La recherche a identifié différents sous-types de cancer du sein qui répondent à différents types de traitement. Parmi ceux-ci, le cancer du sein dit triple négatif est particulièrement agressif et difficile à traiter. Cependant, de nouvelles recherches ont peut-être découvert une molécule qui ralentit ce type de cancer. Les chercheurs affirment qu’un composé dans les piments pourrait aider à ralentir un sous-type de cancer du sein. C’est la forme de cancer la plus répandue chez les femmes, avec près de 17 millions de nouveaux cas diagnostiqués en 2012 dans le monde.

Le cancer du sein est la forme de cancer la plus courante chez les femmes, sans distinction de race ou d’origine ethnique. La recherche génétique a permis aux scientifiques de classer le cancer du sein en sous-types, qui répondent différemment à divers types de traitement. Ces sous-types sont classés selon la présence ou l’absence de trois récepteurs connus pour favoriser le cancer du sein : lâstrogène et le récepteur “2” du facteur de croissance épidermique connu sous le nom HER2.

Les cancers du sein dont le test HER2 est positif répondent généralement bien au traitement et même à certains médicaments spécifiques. Cependant, il y a des types de cancer qui sont négatifs au test HER2, ainsi que pour l’oestrogène et la progestérone : ceci s’appelle le cancer du sein triple-négatif.

Comme certaines études l’ont montré, le cancer triple négatif est plus difficile à traiter. Une nouvelle recherche de l’Université de la Ruhr à Bochum, en Allemagne, a testé les effets d’une molécule épicée sur des cellules cultivées de ce type de cancer particulièrement agressif.

Les chercheurs étaient dirigés par les docteurs Hanns Hatt et Lea Weber, et ils ont collaboré avec plusieurs institutions en Allemagne. Il s’agit notamment des cliniques Augusta à Bochum, de l’hôpital Herz-Jesu-Krankenhaus à Dernbach et du Centre de génomique à Cologne.

L’examen de l’effet d’une molécule capsaïcine sur les souches cancéreuses

Les chercheurs ont testé l’effet d’un ingrédient actif communément trouvé dans le chili ou le poivre, appelé capsaïcine, sur la culture cellulaire SUM149PT, qui est un modèle de cancer du sein triple négatif.

Les scientifiques ont été motivés par les recherches existantes, ce qui suggère que plusieurs canaux du potentiel transitoire des récepteurs (TRP) influencent la croissance des cellules cancéreuses. Comme l’expliquent les auteurs, les canaux TRP sont des canaux ioniques membranaires qui conduisent les ions calcium et sodium, et qui peuvent être influencés par plusieurs stimuli, notamment les changements de température ou de pH.

Le récepteur olfactif TRPV1 est l’un des canaux du TRP qui joue un rôle important dans le développement de plusieurs maladies et qui a reçu beaucoup d’attention de la part des chercheurs. Il a également été démontré que la capsaïcine induit la mort cellulaire et inhibe la croissance des cellules cancéreuses dans plusieurs types de cancer, dont le cancer du côlon et du pancréas. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs visaient à étudier l’expression des canaux TRP dans une grande quantité de tissus cancéreux du sein, ainsi qu’à analyser et à comprendre comment le TRPV1 pourrait être utilisé dans le traitement du cancer du sein.

La capsaïcine active TRPV1 pour inhiber les cellules cancéreuses

Les chercheurs ont trouvé plusieurs récepteurs olfactifs typiques dans les cellules cultivées. Les récepteurs olfactifs sont des protéines qui lient les molécules olfactives entre elles et sont situées sur les cellules réceptrices olfactives qui tapissent le nez.

Les scientifiques ont découvert que le récepteur TRPV1 apparaissait très fréquemment. Il se trouve normalement dans le cinquième nerf crânien, qui s’appelle le nerf trijumeau. Ce récepteur olfactif est activé par la molécule épicée de la capsaïcine ainsi que par l’hélium, un composé chimique qui donne le parfum de la brise marine fraîche.

Le Dr Hatt et son équipe ont trouvé du TRPV1 dans les cellules tumorales de neuf échantillons différents de patientes atteintes d’un cancer du sein. Les chercheurs ont ajouté de la capsaïcine et de l’hélium à la culture pendant plusieurs heures ou plusieurs jours. Ceci a activé le récepteur TRPV1 dans la culture cellulaire. En raison de l’activation de TRPV1, les cellules cancéreuses sont mortes lentement. De plus, les cellules tumorales sont mortes en plus grand nombre, et les autres n’ont pas pu se déplacer aussi rapidement qu’auparavant.

Cela suggère que leur capacité à produire des métastases a été réduite. Les résultats ont été publiés dans des revus sur la cancérologie.

Implications pour le traitement du cancer du sein

Les auteurs notent qu’un apport de capsaïcine par voie alimentaire ou par inhalation serait insuffisant pour traiter un cancer triple négatif. Cependant, des médicaments spécialement conçus pourraient aider. “Si nous pouvions activer le récepteur TRPV1 avec des médicaments spécifiques, cela pourrait constituer une nouvelle approche thérapeutique pour ce type de cancer”.

Des études antérieures ont montré que le médicament Arvanil traitait efficacement les tumeurs cérébrales chez la souris. Ce médicament a une composition chimique similaire à celle de la molécule épicée capsaïcine et peut réduire la croissance tumorale chez les rongeurs. Toutefois, cette substance ne peut pas être utilisée chez l’homme en raison de ses effets secondaires. Les endovanilloïdes ont également activé le récepteur TRPV1 dans des études antérieures. Ce sont des molécules de graisse produites naturellement par le corps, en particulier lorsque le cerveau grandit et se développe chez les nourrissons et les enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *