Les symptômes et traitements du SOPK

Le syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK est un trouble métabolique complexe qui peut se développer chez une femme en âge de procréer. 

Bien que nommé en raison de ses effets sur le système reproducteur et l’ovaire en particulier, d’autres systèmes organiques sont impliqués dans le SOPK, ce qui rend son traitement potentiellement difficile. 

Cependant, grâce à une prise en charge et à un traitement soigneux, ses symptômes peuvent être améliorés ou inversés dans de nombreux cas.

1 – Le SOPK ou syndrome des ovaires polykystiques

Le syndrome des ovaires polykystiques tire son nom de l’apparition de l’ovaire chez une femme atteinte de cette maladie. De nombreuses structures ou cavités en forme de bulles, techniquement appelées kystes, sont visibles près de la surface de l’ovaire lorsque l’organe est grossi. 

Ce sont des follicules anormaux, ou les ovules poussent normalement pendant le cycle menstruel. La plupart des femmes atteintes du SOPK ont de la difficulté à concevoir parce qu’elles n’ovulent pas régulièrement, une situation qui mène souvent au diagnostic initial du SOPK lors d’une visite chez le médecin pour discuter de fertilité.

Le SOPK implique des changements complexes dans le corps d’une femme qui ne sont pas entièrement compris. Cependant, de nombreuses femmes atteintes du syndrome présentent des taux d’insuline élevés, auxquels leur corps devient insensible. Appelée insulino-résistance, elle peut éventuellement entraîner une hyperglycémie, ce qui entraîne souvent un gain de poids et dans certains cas, l’obésité. 

Une insuline élevée a tendance à stimuler la production d’hormones mâles, ou androgènes, par les glandes surrénales et les ovaires de la femme. Ces hormones mâles contribuent à bon nombre des symptômes qui se développent habituellement chez les femmes atteintes du SOPK.

2 – Les symptômes

Chez les femmes atteintes du SOPK, les taux d’autres hormones importantes comme l’oestrogène et la progestérone, ainsi que les hormones hypophysaires qui régulent leur production, sont souvent anormaux. 

Ces changements, ainsi que la présence d’hormones mâles, peuvent provoquer chez une femme des règles irrégulières ou absentes et l’arrêt de l’ovulation. De plus, certaines femmes subissent des changements physiques dus à la présence d’hormones mâles. 

Ceux-ci peuvent inclure la croissance des poils faciaux, l’amincissement des cheveux sur la tête ressemblant à la calvitie chez un homme et l’acné faciale. Le gain de poids est également un problème pour certaines femmes et a tendance à entraîner l’accumulation d’un excès de graisse dans l’abdomen. à l’occasion. 

Une femme atteinte du SOPK peut aussi souffrir de dépression ou d’anxiété, problèmes dont la cause n’est pas bien comprise. Dans de nombreux cas, le traitement finit par rétablir la fertilité de la femme et peut également inverser bon nombre des autres symptômes du trouble.

3 – Modifications du poids et du mode de vie

Les traitements du SOPK sont habituellement adaptés à chaque patiente et à ses symptômes individuels. Cependant, dans de nombreux cas, réduire la résistance à l’insuline en modifiant l’alimentation et le mode de vie d’une femme peut réduire les niveaux d’insuline. Cela peut aussi aider à réduire la production d’androgènes par son corps et améliorer les problèmes de fertilité. 

Il est souvent utile de réduire la consommation de gras saturés tout en ajoutant des fruits et des légumes sains et des aliments à grains entiers. De plus, il permet d’accroître l’activité en adoptant un programme d’exercice modéré régulier. 

Dans certains cas, un médecin peut recommander un médicament qui aide à sensibiliser l’organisme à l’insuline. Dans une étude de recherche clinique publiée en 2016 dans “Gynécologie et endocrinologie”, des chercheurs ont étudié l’effet d’un médicament appelé metformine, qui rend l’organisme plus sensible à l’insuline, dans un groupe de 30 femmes en surpoids avec SPCO ( Syndrome polycystique ovarien ). 

Tous les sujets ont commencé à manger sainement et à faire de l’exercice régulièrement, tandis que la moitié ont pris le médicament et l’autre moitié un placebo. Toutes les femmes ont connu une perte de poids et une meilleure régularité menstruelle, mais seules celles qui prenaient de la metformine avaient des taux d’insuline inférieurs.

4 – Les autres traitements

Bien que l’article dans “Gynécologie et endocrinologie” suggère qu’un changement de régime alimentaire et de style de vie peut inverser certains symptômes du SOPK, certaines femmes qui adoptent ces changements connaissent encore des problèmes de fertilité. Lors d’un atelier sur le SOPK parrainé par l’Institut National de Santé en décembre 2018, les schémas thérapeutiques possibles ont été examinés et évalués. 

En plus de l’utilisation de médicaments sensibilisants à l’insuline et des modifications du mode de vie, le groupe d’experts a examiné d’autres traitements possibles, notamment des médicaments qui stimulent directement l’ovulation ou bloquent l’action des hormones mâles. 

Un article de synthèse publié dans “Gynécologie et endocrinologie” en décembre 2017 a confirmé que la combinaison de médicaments sensibilisateurs à l’insuline avec ceux qui stimulent directement l’ovaire permet plus souvent d’inverser l’infertilité et d’autres problèmes chez les femmes atteintes du SOPK. 

Si vous avez des questions au sujet du SOPK et de son traitement, parlez-en à votre médecin de famille ou à un spécialiste en endocrinologie, qui pourra vous conseiller davantage sur les symptômes et les traitements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *