Quelle réaction éviter face à la colère de votre enfant ?

Réfléchissez un instant : lorsque votre enfant ou votre adolescent est en pleine crise de colère ou de rage, quelle est votre première réaction ? Vous vous mettez en colère et vous commencez à crier, vous vous figez et vous ne dites rien ou vous avez peur et vous abandonnez ?

Peut-être que votre réponse est, “Tout ça, cela dépend des jours !”. Vous n’êtes pas le seul. Faire face à la colère de l’enfance et à sa rage explosive est l’une des choses les plus difficiles auxquelles nous sommes confrontés en tant que parents. Non seulement c’est difficile à faire efficacement, mais c’est épuisant et peut facilement vous faire sentir minable, même si vous ne perdez pas votre sang-froid. 

Vous ne pouvez en aucun cas contrôler la façon dont votre enfant ressent les choses. Tout ce que vous pouvez faire, c’est de subir les conséquences et de le tenir responsable de son comportement. Nous savons tous que les réactions ci-dessus (crier, geler et céder) ne sont pas utiles, mais pourquoi exactement ? En termes simples, si vous ne bougez pas, si vous perdez le contrôle et criez ou cédez aux exigences de votre enfant, il saura qu’il peut vous pousser à bout et que ça marche.

Même si votre enfant ne peut pas l’exprimer avec des mots, il comprend que s’il peut vous effrayer ou vous épuiser en faisant une crise de colère, il obtiendra ce qu’il veut. Dès que votre enfant se rendra compte que vous avez certains points faibles, il continuera à les utiliser, car il dispose maintenant d’un outil pratique qu’il peut utiliser pour résoudre ses problèmes. Au lieu de faire face aux conséquences ou d’être tenu responsable, il a trouvé un moyen de s’en tirer à bon compte. 

Voilà la bonne nouvelle : apprendre à surmonter vos réactions instinctives de colère froide et de “perte de contrôle” sera le début d’un changement dans votre relation avec votre enfant et la première étape pour lui apprendre les moyens appropriés de gérer son humeur. Ne vous méprenez pas, en tant que thérapeutes et parents, nous savons de première main à quel point cette tâche peut être difficile.

Mais heureusement, nous savons aussi ce qui fonctionne vraiment pour gérer la colère des enfants. Avant de vous donner quelques techniques que vous pouvez utiliser dans l’instant (et par la suite) pour renverser cette tendance dans votre famille, comprenez ceci : la colère est toujours une “émotion secondaire”. Cela signifie qu’un autre sentiment désagréable se cache toujours sous une réaction de colère ou de rage. La colère nous laisse simplement moins vulnérables que la douleur ou la peur. 

Si vous pouvez vous arrêter et vous rappeler que quelque chose d’autre a affecté votre enfant en premier, qu’il s’agisse de déception, de tristesse ou de frustration, vous aurez une longueur d’avance. Un autre point important à comprendre est que la colère sert à quelque chose. Cela nous permet de savoir que quelque chose ne va pas, de la même façon que de vous brûler le doigt vous permet de savoir que le poêle est chaud. La douleur frappe rapidement et la réaction est immédiate. 

Votre enfant est déçu qu’il ne puisse pas aller chez son ami et vous avez une dispute sur les bras. (Nous expliquerons plus tard comment aller au fond de ces émotions). En gardant tout cela à l’esprit, voici 7 choses que vous devez éviter de faire lorsque votre enfant est en colère.

1. Ne vous mettez pas en face de votre enfant

Lorsque votre enfant a une attaque de colère explosive ou une réaction enragée à quelque chose, ne vous mettez pas en face de lui. C’est la pire chose qu’on puisse faire avec un gamin qui est en pleine crise. Tant que votre enfant est assez âgé, nous vous recommandons de ne pas vous approcher de lui. Vous devez vous rappeler que les enfants qui ont une colère explosive sont incontrôlables. 

L’adrénaline monte et toute raison a quitté le corps. Ils sont en mode combat et cela les font carrément décoller du sol, sur le point d’exploser. Jusqu’où voulez-vous vraiment aller ? En vous joignant à votre enfant, vous ne ferez probablement qu’enflammer davantage sa colère. Et si vous essayez de leur dire quelque chose au coeur de tout ça, vous allez juste attiser les flammes. 

Nous avons souvent l’impression d’avoir à nous tenir là, devant eux. Et à faire face à la crise avec nos enfants. Mais si personne n’est blessé et qu’il ne s’agit pas d’une situation mettant la vie en danger ou d’un problème de sécurité, il est préférable de reculer et de leur donner un certain espace. Après tout, si vous voyiez un étranger en colère dans un magasin, vous n’iriez pas le voir et ne vous mettriez pas à crier. Plutôt rationaliser cette colère, non ? Vous quitteriez même probablement l’endroit dès que possible !

2. Ne réagissez pas par émotion

Lorsque votre enfant est en colère, plutôt que de réagir par émotion, ce qui aggravera les choses, faites ce que vous devez faire pour sortir de la situation. Éloignez-vous, prenez de grandes respirations et faites de votre mieux pour rester objectif et en contrôle. Prenez un temps d’arrêt si vous en avez besoin (et si votre enfant est assez âgé pour que vous puissiez quitter la maison).

Utilisez quelques phrases pour vous rappeler : ” Je vais répondre à cela de façon logique plutôt qu’émotionnelle. Je vais rester dans le sujet. Je ne vais pas m’égarer.” Vous pouvez aussi vous rappeler : “Un pas à la fois. Rien de tout cela ne se fera du jour au lendemain.” Une partie de notre travail en tant que parents est de montrer comment gérer les émotions de façon appropriée. Plus facile à dire qu’à faire, lorsque vous êtes contrarié, votre travail consiste à lui montrer de bonnes façons de composer avec les émotions qui se présentent.

3. Ne tirez pas de conclusions hâtives sur la colère de votre enfant

Votre enfant n’a peut-être pas tort de se sentir contrarié. Il peut y avoir une certaine justification à sa colère, même si le comportement n’est pas justifié. Quand les parents nous disent qu’ils en veulent à leur enfant parce qu’il est en colère, nous leur disons : ” N’est-il pas normal qu’il ne soit jamais déçu, malheureux et fou ? Parce que tout le monde se sent comme ça parfois.” Rappelez-vous que les gens peuvent être déçus à juste titre et qu’ils peuvent le présenter d’une manière furieuse. 

Si votre enfant ne peut pas expliquer son point de vue avec respect, vous devrez le laisser tranquille jusqu’à ce qu’il se calme. Vous pouvez dire : “Je comprends que tu sois en colère, je suis désolé que tu le sois.” Alors, laissez-le tranquille jusqu’à ce qu’il se calme. Si cela se transforme en crise de colère ou il dit des choses grossières, casse des objets ou blesse d’autres personnes. Alors c’est à ce moment-là que vous voulez aborder le comportement. 

Vous ne pouvez en aucun cas contrôler la façon dont votre enfant ressent les choses, tout ce que vous pouvez faire est de lui montrer les conséquences et de le tenir responsable de son comportement. Le fait d’en vouloir à votre enfant parce qu’il est en colère ne fera qu’aggraver la situation. Comprenez qu’il est normal que les enfants se fâchent. On se met tous en colère. En réalité, ce n’est pas la colère qui est le problème, c’est le comportement qui en résulte. 

Les enfants ont des tolérances de frustration notoirement faibles. Ce n’est pas parce que votre enfant est en colère qu’il doit se transformer en une situation irrémédiable. Ne vous attendez pas à ce que votre enfant soit toujours heureux avec vous ou qu’il apprécie vos décisions. Acceptez le fait que cela va de pair avec le fait que parfois ils vont être en colère contre vous et que c’est normal.

4. N’essayez pas de raisonner un enfant en colère

Évitez d’essayer de tenir une conversation rationnelle avec votre enfant en colère ; cela ne marchera pas. S’il est déçu de quelque chose et que vous essayez de l’en dissuader, cela ne fera probablement que rendre les choses plus chaudes. N’essayez pas sur le moment d’amener votre enfant à voir les choses à votre façon parce que vous ne voulez pas qu’il soit en colère contre vous.

Quand vous vous jetez à l’eau et que vous essayez de lui faire voir les choses à votre façon, ça n’aide pas vraiment. Et vous allez vous en sortir plus frustré, surtout avec les enfants souffrant de trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité.

Ils n’auront rien de tout cela et ils vont renverser la vapeur et essayer de rationaliser avec vous afin d’obtenir ce qu’ils veulent. Au lieu de cela, donnez à tout le monde une période de réflexion. Vous pouvez dire : ” Je vois que vous êtes vraiment contrarié ; nous pouvons chacun prendre un temps d’arrêt et y revenir plus tard.”

5. Ne donnez pas de sanctions ou ne faites pas de menaces dans le feu de l’action

Dans le même ordre d’idées, attendez que tout se soit calmé avant de donner des sanctions à votre enfant. Si vous essayez de la punir quand les émotions sont fortes, il y a de fortes chances que vous causiez d’autres éruptions de colère. Vous pourriez revenir plus tard et dire : “Vous étiez vraiment en colère. Je me demande s’il y a une partie de ce qui s’est passé que tu aimerais voir différente. Que pourriez-vous faire différemment la prochaine fois ?”. 

Vous pourriez aussi vous demander si les conséquences sont vraiment nécessaires après une crise de colère. Parfois, les parents donnent des conséquences aux enfants juste parce qu’ils ont explosé de colère. Des enfants sont venus à une séance de thérapie et nous ont dit qu’ils avaient perdu tous leurs privilèges parce qu’ils avaient fait une crise de colère. Disons qu’une adolescente claque la porte et murmure quelque chose sous son souffle en sortant avant d’aller se promener. Quand vous regardez objectivement, une enfant qui travaille sur sa colère l’a en fait assez bien gérée en allant faire une promenade pour se rafraîchir. 

Dans cette situation, vous pourriez décider de renoncer aux conséquences. Bien que chaque famille ait des règles différentes sur ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, il devrait y avoir une certaine latitude pour permettre à votre enfant d’exprimer sa colère de façon appropriée. Encore une fois, ne donnez pas de conséquences pour les sentiments, donnez-les pour un comportement inapproprié.

6. Pour les enfants plus âgés, ne manquez pas une occasion de parler avec votre enfant plus tard

Si c’est approprié et si votre enfant est assez âgé et semble disposé à parler de ce qui l’a mis si en colère, essayez de vous asseoir et d’en discuter. Vous pouvez dire : “Tu étais vraiment en colère tout à l’heure, mais je me demande si ça vient de ce que tu t’es sentie si blessée par ce qui s’est passé à l’école.” Attendez d’entendre ce que dit votre enfant et écoutez-le vraiment. Ne l’interrompez pas et ne prêchez pas de formules convenues. 

S’ils s’ouvrent, essayez de poser des questions ouvertes comme : “Que pensez-vous que vous pourriez faire pour mieux le gérer la prochaine fois ?” Ou : “Y a-t-il quelque chose que je pourrais faire qui vous serait utile ?”. La plupart du temps, lorsque les enfants plus âgés ou les adolescents font des crises de colère ou perdent le contrôle, c’est parce qu’ils ont de très mauvaises aptitudes à résoudre les problèmes. Ils n’ont pas encore appris à résoudre leurs problèmes sous-jacents de façon saine. 

Alors ils crient, cassent des choses et insultent les gens. Les compétences en résolution de problèmes ne viennent pas naturellement, elles viennent avec la pratique. Parfois, en parlant à votre enfant et en découvrant ce qui se passe, vous pouvez le guider vers ces outils de résolution de problèmes.

7. Ne perdez pas de vue votre objectif

Demandez-vous toujours ce que vous visez en tant que parent. Quel est votre objectif final ? L’une de nos tâches les plus importantes est de leur montrer comment se comporter de façon appropriée et saine en leur donnant des outils de résolution de problèmes. Il est important non seulement de discipliner nos enfants, mais aussi d’enseigner et de les guider. Parfois, les leçons n’ont pas besoin d’une conséquence, mais plutôt d’une occasion de parler et d’aider votre enfant à trouver une meilleure façon de gérer la situation la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *